Créer les conditions

J’écrivais récemment dans un article pour le magazine Dragon Hors-série Aïkido que « Le Dojo lui-même est un lieu hors du temps social, hors de l’époque, indifférent à la localisation géographique ». Aujourd’hui où tous les dojos de notre École, comme ceux d’une bonne partie du monde, sont fermés, nous nous retrouvons sans ces espaces.

Nous pouvons pratiquer à la maison mais ce n’est pas toujours facile car tout nous rattrape quand nous essayons de pratiquer chez nous : le temps social, l’époque, notre lieu géographique. Nous nous retrouvons entourés de nos meubles, à côté du téléphone, pas loin des enfants ou du chien, dans l’espace réduit d’un appartement parisien ou dans une vaste étendue à la campagne. Nous nous y sentons peut-être trop à l’étroit ou au contraire perdus dans trop d’espace vide. Tout nous rappelle notre quotidien, et il peut devenir très difficile de s’abstraire alors de ce contexte qui nous entoure. C’est bien pour cela que l’existence des dojos est si importante surtout dans nos premières années de pratique.

Parfois les pratiquants ont aménagé chez eux un espace pour pratiquer. Mettre une calligraphie, quelques tatamis, peut nous aider à nous mettre dans l’ambiance, à couper avec notre environnement quotidien. Pour certains ce sera juste un tapis, pour d’autres un ou deux tatamis dans le salon, dégagés des jouets éparpillés des enfants pour l’occasion. D’autres encore aménageront un grenier ou un coin dans la chambre. La seule chose qui importe, ce n’est pas le respect d’une idée ou une imitation de « mini-dojo », mais la possibilité pour nous de manifester un espace et un temps pour notre pratique.

Habituellement cela sert aux pratiquants quand ils ne peuvent pas aller au dojo pour diverses raisons. Ils y pratiquent le mouvement individuel (Katsugen Undo), la pratique respiratoire de l’Aïkido ou quelques kata d’armes. Tout dépend des personnes, des besoins et des moments.

Bien entendu, à terme, il est possible de faire abstraction du contexte quel qu’il soit. Si notre capacité de concentration le permet, il est possible de pratiquer au milieu du bruit, à côté d’un enfant qui joue aux Légo, ou autre. L’histoire humaine est riche d’exemples de personnes ayant traversé de grandes épreuves tout en maintenant leur art, leurs pratiques. La calligraphe Li Guoxiang, par exemple, pratiqua durant dix ans la calligraphie en traçant avec de l’eau sur des pierres car rien d’autre ne lui était accessible pour pratiquer son art(1). Maître Gu Meisheng raconte également avoir découvert la liberté intérieure sans limite dans les geôles chinoises durant la Révolution culturelle.

Pour autant je crois qu’ils ont apprécié d’avoir de l’encre, un pinceau et la liberté quand cela fut possible !

Toute proportion gardée, nous retrouverons avec plaisir le calme et l’ambiance concentrée des dojos dès que possible. En cette période de confinement où il devient plus critique pour chacun de maintenir une pratique quotidienne, ou du moins régulière, si vous en avez besoin n’hésitez pas à dégager un espace, même minimum, pour vous recentrer, pour prendre ce temps de pratique.

Sur la page Facebook de l’École Itsuo Tsuda, plusieurs membres ont partagé leurs espaces de pratiques, un aperçu à la fin de l’article  ⇓ ⇓⇓

Afin de nourrir notre démarche, nous créons également une chaîne de podcast audio où nous partagerons des lectures à haute voix de chapitres issus des livres de Itsuo Tsuda. Cela pourra vous accompagner dans la voiture, dans le métro, en faisant la cuisine ou le ménage… Une autre façon de découvrir, redécouvrir ces œuvres. Rdv sur la chaîne Soundcloud ou sur Youtube. Le premier enregistrement est ici :

Manon Soavi

Les pratiquants partagent leurs home-dojo

 

 

Manon Soavi

  1. Fabienne Verdier Passagère du silence p.284 Albin Michel