La détente

par Régis Soavi.

Pour la plupart des Occidentaux, pratiquer l’Aïkido tout en étant à genoux plutôt que debout, semble, à priori, une très grande difficulté. Bien que dans la vie quotidienne on soit très rarement dans cette position elle est utilisée depuis l’origine des temps comme une position de relaxation qui permet, malgré tout, la vigilance.

Se détendre

Se mettre dans la position Seiza (en japonais « position correcte pour s’asseoir ») permet un alignement de la colonne vertébrale, favorise la respiration ventrale et donc permet de mettre la force dans le Hara. Qui plus est, si la position, la posture est bien dans son axe tout en étant relaxée, c’est une chance extraordinaire pour détendre tout le corps.
Se reposer, se détendre sans avoir besoin de s’allonger a toujours été une recherche pour les personnes travaillant à l’extérieur qui sont à la merci d’ennemis, de prédateurs, voire très simplement soumises à des conditions climatiques défavorables. La position accroupie, encore utilisée dans la plupart des pays du continent africain, en Amérique du Sud, en Australie, et dans de nombreux autres pays, possède la même fonction. À ce sujet Tsuda Itsuo Senseï nous relate une anecdote dans son livre La Voie du dépouillement : « Dans un article probablement conçu avant 1934, Marcel Mauss relate ce fait sous le titre « Des techniques du corps »*
L’enfant s’accroupit normalement. Nous ne savons plus nous accroupir. Je considère que c’est une absurdité et une infériorité de nos races, civilisations, sociétés.
Et il cite une expérience vécue au front pendant la Première Guerre mondiale. Les Australiens (Blancs) avec qui il était, pouvaient se reposer sur leurs talons pendant les haltes, tandis que lui était obligé de rester debout.
La position accroupie est, à mon avis, une position intéressante que l’on peut conserver à un enfant. La plus grosse erreur est de la lui enlever. Toute l’humanité, excepté nos sociétés, l’a conservée.
La position accroupie présuppose la souplesse des hanches. C’est en faisant l’Aïkido que je constate l’énorme différence entre le Japonais et l’Européen. Le Japonais intellectuellement et verbalement moins structuré, imite simplement ce qu’on lui montre. L’Européen observe, note, constitue un dossier et y colle une étiquette. Mais lorsqu’il se met à exécuter un mouvement, il arrive difficilement à coordonner le tout. S’il fait attention
à la main droite, il oublie la main gauche. Quant aux pieds, il ne sait pas où ils sont. Une telle habitude mentale ne facilite pas la pratique. Au lieu d’avoir deux éléments, A et B, B imitant tout simplement A, il fait intervenir un troisième élément, C, qu’il soit appelé intellect, dossier, ou structure, formant ainsi un circuit dévié qui complique la situation. »**sumariwaza

L’enfance, l’adolescence

Avant de marcher debout, nous nous sommes déplacés à quatre pattes, puis en voyant d’autres enfants plus grands ou des adultes autour de nous, par imitation, nous nous sommes dressés sur nos deux jambes. La position verticale a libéré les mains et les déplacements ont été au fur et à mesure plus rapides même avec les bras chargés de jouets. Pendant cette période de l’existence, notre terrain de jeu le plus coutumier, celui où nous sommes à l’aise, où nous pouvons être indépendant des adultes, est le sol. Et cela quelle que soit la région du globe où nous habitons. Puis viennent les grandes mutations, petit à petit, les corps se déploient, on abandonne le sol au profit de quelque chose de plus aérien, de plus mental aussi, car le cerveau est mieux irrigué par la position verticale, et donc plus on grandit plus on s’en éloigne. La société qui nous entoure met à notre disposition chaises hautes, divans, et autres canapés, sur lesquels on peut commodément s’asseoir pour se divertir ou travailler, se relaxer ou se concentrer. Cet éloignement du sol est quasiment définitif, on ne le retrouvera plus, si ce n’est à de rares moments de jeu avec un enfant ou à l’occasion d’un passage sur une plage ou sur du gazon.

Les Tatamis

Quand elles découvrent le dojo et cette immense surface mise à leur disposition, les personnes ressentent comme une sorte de joie enfantine qui les effraie, et en même temps les attire. Certains en ont conscience, d’autres sont simplement impressionnés. Alors que les enfants se mettent immédiatement à courir et se rouler par terre, les adultes restent réservés, conscients déjà peut-être, de la démarche qu’il faudra suivre.
Les premiers pas (si l’on peut dire) sur les Tatamis, commencent par la position assise. Bien souvent les débutants croisent les jambes, mais même s’ils arrivent à être dans la position Seiza dès le début, ce qui est extrêmement rare, il ne leur sera presque jamais proposé de tenir cette posture pour pratiquer. Après quelques secondes voire quelques minutes de méditation, souvent toute la séance se fera debout. Certes nous ne sommes pas au Japon, et un grand nombre de personnes ont perdu l’habitude de s’asseoir de cette manière, mais au lieu de voir cela comme une difficulté à surmonter, un but à atteindre, il me semble intéressant de le considérer comme un jeu. Un jeu qui demande que l’on s’y implique physiquement et mentalement, mais un jeu, donc un plaisir. Et même s’il y a des contraintes, elles sont une partie intégrante du jeu que l’on vient de commencer.

Se recentrer

La pratique à genoux est l’occasion de se recentrer tout en restant détendu. Je la fais toujours travailler lentement, surtout avec les débutants, mais c’est excellent même pour les anciens, car un travail lent effectué de manière très liée (j’utilise souvent le terme musical italien legato) permet un recentrage de tout le corps. Si on ne travaille pas avec la force musculaire dans les bras, comme on en a pris l’habitude, mais que l’on projette son énergie à partir du centre, du Hara, qu’on la fait couler le long des membres, on peut sentir de façon saisissante la circulation du Ki et en constater les effets. Les bras ne doivent être ni mous ni rigides mais souples et actifs, puissants, de cette puissance qu’ils ont lorsqu’ils sont pleins de Ki. Le travail lent dans la position à genoux, par exemple dans les formes de base que sont Ikkyo ou Yonkyo, permet, si on porte son attention dans cette direction, de découvrir comment le Yin et le Yang agissent, si l’on peut dire, se déploient, s’interpénètrent. Le recentrage se fait alors automatiquement par le simple besoin de rééquilibrage, les appuis sur les genoux deviennent plus légers car le corps répartit mieux le poids, les hanches à leur tour retrouvent la souplesse qu’elles avaient perdue en ne bougeant plus qu’en position debout.
Il y a deux moments qui me paraissent favorables à la pratique à genoux, le début de la séance, car comme c’est un travail lent c’est un peu comme une remise en forme, et la fin de la séance, le moment du Kokyu-ho qui se pratique à genoux et concentre de plus en quelques minutes un grand nombre de difficultés d’ordre physique et mental. C’est là aussi un travail de recentrage où on peut vérifier l’état du Koshi, sa souplesse, et donc la posture en général.sumariwaza stage été aikido

Une préparation ?

Se préparer avec le travail à genoux, permet aussi de ne pas être surpris lorsque se présente l’occasion d’un Shiho-nage avec un partenaire nettement plus petit que soi : le fait de pouvoir tourner tout en se mettant à genoux sans aucune difficulté et sans perte d’équilibre pour passer sous son bras, est un avantage indéniable.
Mais la palette des avantages à la pratique en Suwari waza (techniques à genoux) ne s’arrête pas là.
Si je prends comme exemple Irimi Nage en Hanmi Handachi Waza (technique réalisée avec un partenaire à genoux et l’autre debout), on peut sentir avec plus de précision le souffle de l’aspiration vers le bas, et on sent tout de suite si on est centré ou non, si on a réussi à créer un vide suffisant dans lequel s’est engouffré le partenaire, où il s’est déséquilibré alors que soi-même on est stable. Toujours en Hanmi Handachi Waza, cela est encore plus visible et concret avec deux partenaires : la saisie en Ryote Dori (saisie à deux mains d’un poignet) commence par une frappe qui se transforme en saisie, et c’est l’instant crucial pour un Kokyu nage. La projection ne peut se faire que si on a suffisamment travaillé au sol, si on est capable de devenir très lourd en concentrant le Ki dans le bas ventre, et de le faire passer au-delà de l’extrémité des doigts.
Bien sûr toutes les techniques peuvent se faire à partir de cette posture avec parfois quelques variantes, mais ce qui me paraît important c’est qu’après avoir travaillé à genoux, la pratique en Tachi Waza (pratique debout) devient beaucoup plus facile. Ce genre de travail peut avoir diverses conséquences, si on le fait en force, avec le désir de vaincre coûte que coûte, ou pour soutenir une réputation, un rôle. Sans avoir trouvé les lignes qui permettent la projection en souplesse, ni la respiration profonde et tranquille, on risque fort d’abîmer le corps, et au bout d’un certain temps d’avoir de gros problèmes aux genoux ou aux hanches et un réel handicap dans la vie quotidienne.

Marcher

Marcher, se déplacer à genoux, peut être un bon exercice, et pour cela il y a Shikko. Là encore il est important de ne pas forcer, de ne pas le montrer comme une compétition, un tour de force que certains réussiront avec plus ou moins de bonheur. Shikko est un excellent exercice mais à utiliser avec modération, au début surtout. Après quelques années de pratique, si on n’a pas forcé, alors c’est devenu un plaisir. On peut même faire cet entraînement avec un Bokken et en frappant bien droit, cette manière de faire permet de vérifier si ce sont bien les hanches qui bougent et si la rotation se fait bien au niveau du bas du corps et non du buste. Les épaules ne doivent absolument pas bouger mais par contre elles doivent rester exactement dans l’axe du déplacement. Lorsqu’on arrive à être à l’aise on peut commencer à faire des frappes lentes avec le Bokken tout en se déplaçant. Tous ces exercices permettent de retrouver de la mobilité au niveau des hanches. À mon avis ils n’ont pas de valeur martiale immédiate, simplement parce qu’ils sont exécutés sur des Tatamis, ce qui est normal, car qui voudrait s’entraîner sur du gravier par exemple, sans protection aux genoux ?

Des miracles ?

Des changements, qui pour la personne à qui cela arrive semblent s’apparenter à des miracles, sont possibles. Il y a quelques années une femme est arrivée avec des béquilles, elle se déplaçait avec d’énormes difficultés depuis plusieurs années. Très décidée elle est venue pratiquer tous les matins au dojo. Au début il n’était pas question pour elle de s’asseoir autrement qu’avec les deux jambes étendues, petit à petit pourtant, au bout de quelques semaines son état s’était amélioré. Après un mois elle réussit à se mettre sur les genoux, mais bien sûr, toute droite et raide comme un piquet. À partir de ce moment elle commença à descendre, centimètre par centimètre, pour finir après plusieurs mois par s’asseoir sur ses talons sans douleur et quelque temps après encore par y avoir du plaisir. Ce n’est pas un cas unique, il y a en ce moment au dojo Tenshin, à Paris, un monsieur à la retraite qui est arrivé avec de gros problèmes aux genoux et aux chevilles suite à diverses opérations chirurgicales datant de plusieurs années. En moins d’un an de pratique très régulière (il vient tous les jours) il a retrouvé une mobilité qu’il n’espérait plus, et il s’assoit maintenant sur ses talons. Ne pas forcer, prendre le temps, avoir de la continuité, si quelque chose est possible cela se fait naturellement. Pour être tout à fait honnête, je dois dire que dans ces deux cas les personnes concernées se sont mises aussi à pratiquer le Katsugen Undo (Mouvement Régénérateur) ce qui a facilité le travail de leur corps et sa remise en ordre.suwariwaza la detente

Indispensable, le travail au sol ?

Rien n’est jamais indispensable, mais est-ce nécessaire ? Il est certain que l’on peut s’en passer, il existe même quantité de bonnes ou de mauvaises raisons pour l’éviter, on peut argumenter dans ces termes : cela fait mal aux genoux, c’est dangereux pour les articulations, cela ne sert à rien puisque plus personne ne se déplace de cette manière, etc. Si on ne comprend pas son utilité, pourquoi se forcer ? Il y a tellement de rituels, d’exercices qui sont devenus incompréhensibles dans notre société moderne, que même le simple fait de se saluer en s’inclinant peut paraître désuet, voire ridicule pour nombre d’Occidentaux qui seraient tout prêts à le remplacer par le Shake-Hands. À force de s’adapter à la modernité ne risque-t-on pas de passer à côté de l’essentiel, de perdre l’esprit qui nous conduit en Aïkido, oserai-je dire son âme ?

Vous souhaitez recevoir les prochains articles ? Abonnez vous à la newsletter :

« La détente » un article de Régis Soavi publié dans Dragon Magazine (Spécial Aïkido n°25) en juillet 2019

Notes

* Mauss Marcel, Sociologie et Anthropologie, Presses Universitaires de France. 1950 p. 374.
** Tsuda Itsuo, La Voie du dépouillement, Ed. Le Courrier du Livre, 1975, p. 151-152.